ORSQU’ON SE PENCHE SUR LA CRIMINALITÉ », nous dit Ron Hubbard, c’est en définitive sur les questions plus vastes du bien et du mal que nous nous penchons. Et lorsque, à notre tour, nous nous penchons sur ces questions, c’est à l’assise de toute philosophie que nous touchons :  l’éthique, la justice et notre survie optimale le long de chacune des avenues de l’existence. Dans cet esprit, il est seulement approprié que nous nous penchions plus avant sur ce que Ron lui-même a apporté à cette question de l’éthique et de la justice, et ce qu’il a très littéralement affirmé être le seul moyen de garantir « l’avenir de cette culture dans son intégralité ».

Bien qu’il ait traité de façon générale tant l’éthique que la justice dans plusieurs écrits antérieurs (et de manière relativement étendue tout au long de « Excalibur »), son premier exposé pratique de la question vit le jour en 1944. Les circonstances, comme on pourrait l’imaginer, étaient liées à la guerre :  Ron était à l’université de Princeton où il recevait une formation à l’Ecole navale de gouvernement militaire des États-Unis, en préparation à la prise d’un commandement dans des territoires occupés. Quoique des blessures de guerre allaient finalement lui interdire de servir au sein des forces d’occupation américaines, il considéra avec grand soin quelle serait, pour ces forces, la meilleure façon de se conduire pour ce qui est de l’éthique et de la justice.

De façon générale, il envisagea le sujet sous deux aspects :  en premier lieu, l’administration de la justice militaire à un peuple occupé sans tenir compte des traditions locales ; en second lieu, la tradition de la culture à laquelle la justice d’occupation doit être appliquée. Toutefois, pour apprécier correctement cette dernière, il est nécessaire d’effectuer un bref retour en arrière et de considérer les expériences de Ron dans sa jeunesse, au sein de ces contrées asiatiques que son pays était sur le point d’occuper.

Comme il a été noté, et dans le cadre plus vaste de la série de découvertes qui ont mené à la Dianétique et à la Scientologie, Ron a en fait passé une grande partie de son adolescence en Asie, notamment en Chine et dans les diverses îles du Pacifique Sud qui allaient finalement être soustraites à l’emprise japonaise. Au cours de ces voyages, il a pu observer à la fois les procédures judiciaires chinoises et japonaises et ainsi, il fut à même d’écrire de Princeton :  « De par ma propre expérience, je n’ai jamais eu connaissance de quoi que ce soit qui égalât en pouvoir et en cruauté la justice chinoise, si ce n’est celle de Gomez [dictateur tyran, Général Juan Vicente Gomez] au Venezuela. L’absence manifeste de droits de l’individu devant la justice à Tche-Fou, Pékin, Nagasaki ou dans d’autres villes orientales n’a jamais manqué de me surprendre. » Ce qui n’était pas mentionné, mais qui vaut d’être noté ici, est qu’il avait lui-même été témoin d’une exécution en Chine survenue apparemment dans une rue de Shanghai et ayant consisté semble-t-il en la décapitation plutôt impromptue d’un délinquant politique.

Néanmoins, il relève avec une certaine véhémence que les conceptions asiatiques de la justice, et en particulier celles de Chine, ne sont pas dénuées de libéralisme. En fait, les Chinois, puisant en particulier dans le Tao, pourraient se prévaloir d’une tradition profondément éclairée dans laquelle chaque citoyen était dit détenir son propre sens inné du bien et du mal. D’où l’exhortation de Ron aux futurs gouverneurs militaires occidentaux :  malgré toute l’infamie de la justice orientale, avec son insistance sur les châtiments corporels atroces, aucune commission militaire ou cour prévôtale américaine ne devrait imaginer que les méthodes et normes judiciaires occidentales sont « des articles spéciaux, magistralement composés sous des plumes occidentales et fonctionnant uniquement dans notre hémisphère ». Au contraire :  « de façon continue et soutenue, pendant près de trois mille ans, des idées identiques et similaires sont apparues dans la pensée orientale. »





| Précédente | Glossaire | Sommaire | Suivante |
| Point de Vue | Sites Jumelés | Librairie | Page de Garde |

Page de Garde de L. Ron Hubbard | L. Ron Hubbard: Le Fondateur de la Scientologie | L. Ron Hubbard: le Créateur Musical | L. Ron Hubbard, Le Philanthrope/L'Éducation | L. Ron Hubbard, Dianetics Letters | L. Ron Hubbard, Literary Correspondence | L. Ron Hubbard, Un Portrait | Hommages et Proclamation à L. Ron Hubbard | L. Ron Hubbard, Poet/Lyricist | L. Ron Hubbard: Homme d'Aventure et d'Exploration | Scientologie | Dianetique


info@scientology.net
© 1996-2004 Church of Scientology International. All Rights Reserved.

For Trademark Information