Criminon
(suite)

Les résultats, ne serait-ce que par le seul emploi du livret Le Chemin du bonheur, ne sont rien de moins que phénoménaux. Dans ce qui équivalait à une étude de cas de délinquants juvéniles dans le comté de Butler, en Alabama, le directeur du tribunal pour enfants et officier en chef de probation de l’époque, Daniel O. Black, avait précédemment rapporté un taux de récidivisme de quatre-vingts pour cent parmi les jeunes en liberté conditionnelle ou sous probation. Le problème, comme l’expliquait Black, c’était que « pour la plupart de ces gosses, une paire de tennis Nike avait en fait plus de valeur que la vie d’un autre. Il est donc devenu très manifeste que nous n’arriverions à rien, à moins de pouvoir trouver une façon de rajuster ces valeurs, de les rendre plus appropriées pour la société. » Dans le cadre de ce qu’il décrivait alors comme un programme expérimental, des exemplaires du livret ont été distribués aux détenus ou leur ont été lus à haute voix. Les jeunes étaient ensuite encouragés à trouver des manières dont les préceptes pourraient être appliqués, et pour ceux qui savaient suffisamment écrire, à composer une rédaction sur chacun des préceptes. « Je pourrais prétendre que c’est plus compliqué, admettait Black, mais en fait c’est très simple. Je les aide à définir les mots qu’ils ne comprennent pas et autrement, je continue d’encourager cet élément capital qu’est l’application. Dès lors, comme il l’a dit lui-même :  « Les résultats sont devenus spectaculaires. » Pour ce qui est des chiffres, Black rapporta ensuite qu’en 1990, les taux de crimes dans le comté de Butler escaladaient pareillement à la moyenne nationale, alors que pendant les cinq années qui ont suivi l’introduction du Chemin du bonheur, le nombre de crimes a en fait diminué. En outre et de manière encore plus spectaculaire, les quatre-vingts pour cent du taux de récidivisme sont tout d’un coup tombés à seulement dix pour cent.

Pour ce qui est devenu un domaine essentiellement sans espoir — seulement deux pour cent des budgets pénaux sont actuellement réservés pour les traitements, et les gardiens admettent communément que tout ce qu’ils peuvent faire c’est passer le problème de la réadaptation à l’officier de probation — ce chiffre prend une signification monumentale... C’est d’autant plus le cas lorsqu’il est reconnu qu’un tel succès n’est pas limité au comté de Butler. Un autre responsable de jeunes délinquants a qualifié les résultats du programme de Criminon dans un centre de détention de Los Angeles de « spectaculaires » et a mentionné une diminution notable des hostilités, une augmentation du désir de communiquer et « extraordinairement, ils ressentent maintenant du remords pour ce qu’ils ont fait par le passé ». À l’extérieur des États-Unis, les résultats se sont montrés tout aussi impressionnants, surtout si l’on considére ce que les diplômés du programme expriment le plus souvent comme étant leur principal accomplissement :  ils ont retrouvé le respect d’eux-mêmes. Cette idée se répète sans cesse dans les lettres de détenus de cultures aussi diverses que celles de Grande-Bretagne, du Mexique, de la Hongrie et de la Pologne. Incidemment, en Pologne, les officiels du système correctionnel se sont tellement enthousiasmés pour Le Chemin du bonheur que le livret est maintenant réimprimé à l’intérieur même des prisons. Mais si l’on considére le lieu où tant de l’œuvre de Ron a commencé, il semble tout à fait approprié de faire converger nos regards sur un jeune diplômé du programme pour délinquants juvéniles de Los Angeles. Ancien membre d’un gang qui rôdait dans les rues infâmes du Secteur Central, là où Ron avait fait ses rondes tant d’années auparavant, il conclut en des termes éloquents qui semblent tout dire : 

« Le Chemin du bonheur vous donne la conséquence de vos actes. Vous comprenez la conséquence de ce que vous faites. C’est pour vous. Ça vous apprend la Règle d’or. Avant, j’en entendais parler, mais ça, ça la met dans le contexte. Je sais ce qu’elle veut dire maintenant.

« Je ne sais pas qui est ce L. Ron Hubbard, mais c’est un homme drôlement intelligent. Si les gens voulaient bien écouter ce livre, Le Chemin du bonheur, la masse des gens, s’ils voulaient juste le comprendre, le prendre, y réfléchir, le monde serait alors différent. »




Tour du monde en photo des
activités du programme Criminon.



| Précédente | Glossaire | Sommaire | Suivante |
| Point de Vue | Sites Jumelés | Librairie | Page de Garde |

Page de Garde de L. Ron Hubbard | L. Ron Hubbard: Le Fondateur de la Scientologie | L. Ron Hubbard: le Créateur Musical | L. Ron Hubbard, Le Philanthrope/L'Éducation | L. Ron Hubbard, Dianetics Letters | L. Ron Hubbard, Literary Correspondence | L. Ron Hubbard, Un Portrait | Hommages et Proclamation à L. Ron Hubbard | L. Ron Hubbard, Poet/Lyricist | L. Ron Hubbard: Homme d'Aventure et d'Exploration | Scientologie | Dianetique


info@scientology.net
© 1996-2004 Church of Scientology International. All Rights Reserved.

For Trademark Information